Revue Européenne du Droit
La lutte contre le blanchiment d'argent doit aller de pair avec la transparence des bénéficiaires effectifs
Issue #4
Défilement

Issue

Issue #4

Auteurs

Andrej Leontiev , Radovan Pala

La Revue européenne du droit, été 2022, n°4

Les ténèbres ne peuvent pas chasser les ténèbres ; seule la lumière peut le faire.

Martin Luther King, Jr.

Introduction

Le blanchiment d’argent est l’un des crimes économiques les plus répandus dans le monde aujourd’hui. On estime qu’entre 800 et 2 000 milliards de dollars, soit 2 à 5 % du PIB mondial, passent par un cycle de blanchiment chaque année 1 . L’énorme volume d’argent « noir » fait peser de graves menaces sur la démocratie et érode l’État de droit dans le monde entier. Cela ne serait pas possible sans l’implication des juridictions offshores, des sociétés écrans et des intermédiaires professionnels 2 .

Mais d’où vient cet argent ? Techniquement, l’expression « flux financiers illicites » est utilisé pour décrire le mouvement des fonds qui sont illégaux dans leur source, leur transfert ou leur utilisation. Tels sont  le produit de l’évasion fiscale, la corruption ou les capitaux destinés au financement du terrorisme 3 . Essentiellement, « la corruption n’est qu’une forme d’alchimie financière » 4 – la transformation du pouvoir en argent illicite ou de l’argent illicite en  pouvoir. Comme l’a noté le secrétaire américain au Trésor, Janet Y. Yellen, les mauvais acteurs nécessitent souvent l’utilisation d’intermédiaires pour exécuter de telles transformations 5 .      

En Europe de l’Est, un conflit omniprésent et souvent latent entre les intérêts personnels et les intérêts publics « confiés » restent la principale source d’argent sale. Les intérêts personnels et publics concurrents conduisent naturellement à une mauvaise utilisation et souvent à un abus de pouvoir et se reflètent dans la politique, la législation, le système judiciaire, les relations commerciales ainsi que dans l’éducation ou la santé. En termes sociologiques, l’abus de pouvoir à des fins d’enrichissement personnel. C’est la corruption dans sa forme la plus pure 6 . Cependant, l’abus de pouvoir prend aussi souvent d’autres formes comme le lobbying, le clientélisme, le népotisme ou le concept de « porte tournante » 7 . L’existence de ces phénomènes et leur détection (souvent accidentelle) affaiblissent fondamentalement la confiance du public dans les institutions publiques et les processus de décision démocratiques. Il est donc nécessaire de chercher des moyens de prévenir l’existence d’un environnement qui tolère ou justifie toute forme de conflit d’intérêts.

Dans les pays de l’ancien bloc de l’Est, le conflit d’intérêts s’est également matérialisé par des intérêts commerciaux « s’immiscent » dans la politique. À première vue, il n’y a rien de mal à ce qu’un entrepreneur prospère mette son argent ou ses compétences au profit de la communauté 8 . Comme le montrent les exemples récents du Premier ministre tchèque, M. Babiš 9 , ou des amis proches de M. Poutine 10 , il s’avère très difficile, ou du moins délicat, de défendre l’intérêt public de s’asseoir sur deux chaises à la fois. Cependant, une solution simple pour dissimuler les intérêts commerciaux en politique est offerte principalement par les juridictions offshores. C’est là que les sociétés écrans anonymes entrent en scène.

Les sociétés commerciales ont été créées artificiellement il y a environ deux cents ans. À l’origine, elles étaient destinées à permettre à un certain nombre d’entrepreneurs d’investir ensemble en tant qu’associés, leurs biens personnels étant protégés contre les risques commerciaux puisque la propriété d’une société est distincte de celle de ses actionnaires et vice versa 11 . Ce n’est que plus tard que les entrepreneurs ont découvert comment dissimuler leur véritable identité derrière des entreprises qu’ils possèdent ou contrôlent. L’anonymat des sociétés fictives constitue un outil bon marché et très efficace pour dissimuler des actifs aux membres de la famille, aux créanciers, à la police ou aux autorités fiscales 12 . Une toute nouvelle industrie a été créée 13 .     

Les enquêtes mondiales – notamment les documents dits « Pandora », « Panama » et « Paradise » et les « FinCen Files » – ont attiré l’attention sur le rôle essentiel de certains intermédiaires professionnels – appelés « gatekeepers » 14 . Pour réussir à « voler, cacher et dépenser » le produit d’activités illégales, il faut compter sur l’aide de ces intermédiaires, tels que les banques, les avocats, les comptables, les prestataires de services aux entreprises, etc., et d’autres, principalement au stade de la « superposition », est nécessaire 15 .   

Pour identifier les conflits d’intérêts et donc la source potentielle d’argent illégal et d’« alchimie financière », nous devons disposer d’instruments juridiques permettant de déterminer quelle personne physique se tient (matériellement) derrière les entreprises et bénéficie de leurs activités. En d’autres termes, la transparence, non pas en tant que but ultime, mais en tant qu’outil, est essentielle lorsqu’il s’agit de lutter contre le blanchiment d’argent. Dans ce processus, nous ne devons pas seulement nous concentrer sur les personnes qui sont en conflit d’intérêts, mais aussi sur les « gatekeepers » qui peuvent soit permettre, soit arrêter le flux non détecté d’argent illégal. 

Contexte législatif

En 2003, le FATF est devenu le premier organisme international à établir des normes internationales sur la propriété effective. En 2012, le FATF a renforcé ses normes sur la propriété effective, afin de donner plus de clarté sur la manière dont les pays doivent s’assurer que les informations pertinentes sont disponibles. Dans ses Recommandations de 2012 16 , le FATF suggère aux pays d’identifier, d’évaluer et de comprendre les risques de blanchiment d’argent et d’appliquer une approche basée sur le risque pour choisir les mesures. 

En 2013, la Commission européenne a publié sa proposition pour la 4ème directive AML 17 , avec une transposition prévue en juin 2017, ayant l’intention de renforcer les processus de dépistage afin d’empêcher l’argent sale d’être blanchi. La proposition était basée sur les recommandations du FATF de 2012. Plus précisément, une plus grande diligence raisonnable autour de la propriété effective ultime a été citée de manière constante comme un moyen de lutter contre la corruption. L’accent a été mis sur une approche fondée sur le risque pour lutter contre le blanchiment d’argent. 

En 2016, la Commission européenne a publié une proposition pour la 5ème directive AML 18 qui devait être transposée jusqu’en janvier 2020. Alors que la 4ème directive anti-blanchiment énonçait des exigences selon lesquelles les sociétés devaient obtenir et détenir des « informations adéquates, précises et actuelles » sur leurs bénéficiaires effectifs, la 5ème directive anti-blanchiment met davantage l’accent sur la transparence autour de la propriété effective ultime. Les États membres sont tenus de tenir des registres nationaux de propriété effective interconnectés et accessibles au public. Elle étend également les exigences relatives aux registres centraux, en demandant que les registres contiennent des informations sur les bénéficiaires effectifs qui soient adéquates, exactes et actuelles. Dans de nombreuses circonstances, les membres du grand public doivent être en mesure d’accéder à ces informations.

En Slovaquie, la corruption dans le domaine des marchés publics a toujours été perçue comme un problème grave. Au cours de la dernière décennie, il y a eu plusieurs cas, souvent dans le cadre de la passation de grands marchés publics de construction, où les médias ou les organisations à but non lucratif ont souligné le manque de transparence ou la possibilité de liens non divulgués entre les dirigeants politiques et les soumissionnaires retenus. Les sociétés Shell enregistrées dans des juridictions offshores ont souvent été utilisées comme soumissionnaires retenus ou comme actionnaires. Ces cas ont accru la pression publique pour exiger la transparence dans les relations commerciales entre l’État et le secteur privé 19 .      

En novembre 2015, la Slovaquie est devenue le premier État membre de l’UE à introduire un registre des bénéficiaires effectifs des sociétés ayant participé à des marchés publics. La loi sur les marchés publics 20 a établi un registre des marchés publics où les entreprises enregistraient leurs bénéficiaires effectifs. Il a également fourni une définition assez unique d’un bénéficiaire effectif, définie comme suit un individu pas une entreprise détenant au moins 25 % des parts de la société entreprise, avec le pouvoir de nommer ou de révoquer l’organe statutaire, ou avec un autre moyen de contrôler la société. Ce registre a été publié en ligne dans un format de données ouvert, accessible au public. Néanmoins, il présentait plusieurs lacunes :      

(i.) Premièrement, son champ d’application ne couvrait que les entreprises soumissionnant dans le cadre de procédures de marchés publics. 

(ii.) Deuxièmement, il y avait de sérieux doutes quant à l’exactitude des données inscrites dans le registre car il n’y avait aucun moyen de vérification. 

(iii.) Enfin, les sanctions étaient plutôt insignifiantes et souvent inapplicables. 

Principes et effets de base

Il y a cinq ans, le 1er février 2017, la loi dite « Anti-Shell Companies » 21 a remplacé le registre initial des marchés publics. Bien que reposant sur le même principe fondé sur le risque, la loi se concentre sur les relations commerciales entre le secteur public et le secteur privé au sens large ; elle ne constitue pas la transposition slovaque de la directive 4 AML ou 5 AML. La transposition a été achevée plus tard 22 et leur régime fonctionne parallèlement à la loi. 

La Loi de 2017 repose sur l’axiome selon lequel seules les entités privées qui révèlent volontairement et de manière fiable leurs ayants droits économiques peuvent exercer des activités commerciales avec l’État. En d’autres termes, les entreprises ne peuvent recevoir une contrepartie (non) monétaire du le site secteur public ou traiter avec des biens publics que si elles révèlent et inscrivent leurs bénéficiaires effectifs dans un registre spécial créé à cet effet (les soi-disant Registre des partenaires du secteur public – RPSP 23 ).

La législation s’articule autour de trois grands principes, en partie en réaction à la principale critique du registre original des marchés publics. Mais aussi pour compenser plusieurs faiblesses systémiques de l’environnement de l’application de la loi slovaque. En analysant ces principes un par un, on peut observer que :

(i) Tout d’abord, le champ d’application des relations public-privé régies par la loi et donnant lieu à l’obligation d’enregistrement est très large ; il ne s’arrête pas aux marchés publics, qui représentent en Slovaquie environ 20 % des dépenses publiques 24 , mais couvre le transfert de la majorité des fonds et subventions de l’UE, de l’État et des régions, les aides d’État, la privatisation et la vente d’actifs de l’État ou des régions, la détention de concessions de droits miniers 25 et autres. Se concentrant sur l’ensemble des relations juridiques dans lesquelles un tiers accepte une prestation de l’État ou des fonds publics, il couvre les sociétés slovaques et étrangères qui concluent des contrats publics slovaques 26 . Cela signifie que les sociétés, constituées par exemple dans le Delaware ou dans une juridiction offshore, doivent se conformer et s’enregistrer dans le RPSP avant de « faire des affaires » impliquant des fonds publics slovaques (ou européens). À notre avis, l’abandon de l’accent mis sur les entités enregistrées dans l’UE est le seul moyen de traiter le réseau mondial et mouvant d’entités anonymes – en raison de la libre circulation des capitaux, dans de nombreux cas, les véhicules sociaux utilisés dans des systèmes « louches » n’ont pas besoin de créer des filiales dans l’UE pour bénéficier des systèmes des fonds publics 27 .

(ii) Deuxièmement, les données sur les bénéficiaires effectifs sont vérifiées et enregistrées exclusivement par des gardiens locaux ; en d’autres termes, l’État fait appel à ces intermédiaires professionnels pour effectuer, au nom de l’État, un contrôle de type « Know Your Customer » (KYC) sur les antécédents de ses fournisseurs ou autres partenaires commerciaux en matière de propriété. Comme il s’agit d’un service commercial, les gardiens sont coresponsables de l’exactitude des données vérifiées et enregistrées. Comme l’a noté la Banque mondiale 28 , ce système peut être considéré comme une combinaison de l’approche du « registre central » et des « gardiens ».

(iii) Enfin, le respect et l’application des règles sont garantis par un tribunal spécial qui utilise un renversement de la charge de la preuve assez unique qui peut être considéré comme une clé de voûte permettant l’application efficace de la loi. Le tribunal spécial peut entamer une procédure judiciaire de détermination de sa propre initiative ou sur « requête qualifiée » (en pratique régulièrement déposée par des journalistes d’investigation) en cas de doute raisonnable concernant l’exactitude, la précision et l’exhaustivité des données BO enregistrées. Par nature, il s’agit d’une procédure judiciaire civile dite non contradictoire et la norme stricte du droit pénal en matière de charge de la preuve ne s’applique pas (il n’y a pas de poursuites qui porteraient la charge de la preuve). Dans d’autres procédures comparables de détermination des tribunaux civils slovaques impliquant une enquête judiciaire (par exemple, l’examen de l’exactitude des données enregistrées dans le registre du commerce), il incombe en définitive au tribunal de rechercher et de rassembler toutes les preuves nécessaires à la décision. Dans la procédure judiciaire de détermination concernant le BO, le tribunal ne détermine pas les bénéficiaires effectifs d’une entité enregistrée – il détermine, si le partenaire du secteur public (PSP) a produit une preuve fiable de l’authenticité, de l’exactitude et de l’exhaustivité des données du BO inscrites dans le registre. Cela signifie que l’entité privée faisant l’objet de l’enquête – qui devrait naturellement avoir un accès direct aux preuves concernant le BO – doit fournir des preuves substantielles de l’exactitude des données de propriété effective enregistrées afin de maintenir son enregistrement. Le renversement de la charge de la preuve, combiné à la publicité générale de l’information (y compris le document de vérification), est l’outil le plus puissant pour forcer les promoteurs des systèmes anonymes à respecter la réglementation slovaque. Nous sommes convaincus que les réseaux de régimes juridiques formels de propriété peuvent être transformés d’une manière qui dépasse largement la surveillance du régulateur (tribunal) (quelle que soit son expertise). Les coûts de maintien d’une structure anonyme ne devraient pas être externalisés et donc supportés par les contribuables, au contraire, ces coûts devraient être fermement et sans équivoque localisés auprès du bénéficiaire effectif (la société ne bénéficie en aucun cas de la propriété cachée des actifs).

Ce registre spécial (RPSP) est géré parallèlement au registre du commerce qui collecte les informations sur les bénéficiaires effectifs de toutes les sociétés slovaques, comme l’exige la directive anti-blanchiment. Bien que ces données soient également accessibles au public depuis novembre 2020, le niveau de vérification et d’examen des données enregistrées sur les bénéficiaires effectifs (pas de participation des gardiens) et le mécanisme de sanction en cas de données inexactes sont beaucoup plus faibles. Toutefois, pour éviter toute charge administrative inutile aux sociétés qui n’entrent pas en relation d’affaires avec le secteur public, l’inscription des bénéficiaires effectifs au registre spécial remplace leur inscription obligatoire au registre du commerce. Il est important de noter que le RPSP ne fait pas nécessairement double emploi avec le registre du commerce – alors que ce dernier suit strictement le principe d’incorporation 29 et ne s’applique qu’aux sociétés enregistrées sur la base de ce principe, le champ d’application du premier peut être beaucoup plus large puisqu’il utilise un lien « fonctionnel » qui permet d’exiger la divulgation de la propriété effective également par des entités juridiques qui ne sont pas des ressortissants slovaques. Elle s’applique à toute personne morale qui s’engage à exercer une certaine activité, définie par la loi, en Slovaquie, indépendamment de son siège réel ou de son immatriculation.

Selon une étude récente 30 , sur les 100 premières sociétés slovaques (classées en fonction de leurs bénéfices en 2020), seules 11 sociétés n’entrent pas dans le champ d’application de la loi et leurs bénéficiaires effectifs sont donc enregistrés au registre du commerce uniquement et ne sont pas soumis à un examen plus approfondi. Les 89 sociétés slovaques restantes voient leurs bénéficiaires effectifs examinés et vérifiés par des gardiens et enregistrés conformément à la loi dans le registre spécial (RPSP).

Après cinq ans en activité les bénéfices de la loi sont déjà mesurables. Sur plus de 31.000 clients privés slovaques et étrangers enregistrés, seules une quinzaine de personnes physiques – des citoyens chypriotes – sont enregistrées comme bénéficiaires effectifs 31 . Cela nous donne l’impression que l’exactitude des données est en bonne voie et que des centaines de sociétés fictives chypriotes, qui sont directement ou indirectement détenues par des Slovaques vraiment ont divulgué leurs structures de propriété et de gestion et ont enregistré leurs véritables bénéficiaires effectifs. 

Une étude récente 32 confirme que pour les années 2018 et 2019 sur environ 15.000 marchés publics atteignant le de minimis seuil (ci-dessous) et d’une valeur d’environ 29 milliards d’euros, seuls 40 marchés publics d’une valeur de 15,5 millions d’euros n’ont pas fait l’objet d’une inscription des bénéficiaires effectifs au registre spécial (RPSP). Les statistiques pour les années 2019 et 2020 étaient encore meilleures ; seuls 25 marchés publics d’une valeur de 5,5 millions d’euros étaient dépourvus de la déclaration des bénéficiaires effectifs des fournisseurs.

Grâce à la loi et à l’approche experte des juges du tribunal de district de Zilina, qui gère le RPSP, plusieurs procédures judiciaires avec des oligarques régionaux ont été engagées et ont forcé ces personnes à admettre leur statut de bénéficiaires effectifs dans des sociétés recevant des montants négligeables du secteur public 33 . La récente enquête de la Commission européenne sur un éventuel conflit d’intérêts du Premier ministre tchèque, M. Babiš s’est fondée sur les données de ce registre spécial 34 . L’application de la loi a également conduit aux premières amendes récemment imposées par le tribunal de district de Zilina, faisant de la loi un outil réellement efficace pour contrôler les personnes qui bénéficient de fonds publics. 

D’autre part, malgré les avantages incontestés de la loi, certaines incertitudes d’application et d’interprétation sont apparues. Après tout, il s’agit d’une loi unique, adoptée à une époque où il n’existait aucun modèle comparable dans aucun autre pays.

Un amendement à la loi est entré en vigueur le 1er septembre 2019 (amendement). Il prévoit une spécification de certains termes et une modification de plusieurs dispositions de la loi afin de réduire les possibilités de contournement de la loi et, en même temps, d’éliminer ses défauts d’application. 

Partenaires du secteur public, bénéficiaires effectifs et personnes autorisées 

Toute personne qui n’est pas une entité de l’administration publique, qui entretient une relation commerciale définie par la loi avec le secteur public ou qui souhaite établir une telle relation, est tenue de s’enregistrer. Cette personne est appelée partenaire du secteur public (PPS). Les relations avec l’État définies par la loi comprennent, entre autres : la réception de moyens financiers provenant du budget public, la réception de droits de propriété du secteur public, le fait d’être un fournisseur dans le cadre de       marchés publics ou le respect d’autres critères statutaires (par exemple, en tant que titulaire d’un permis d’exploitation minière ou opérateur de PPP). Plusieurs seuils de minimis s’appliquent : une personne recevant des moyens financiers, des actifs ou des droits n’excédant pas 100.000 euros en « une seule transaction » ou répétant la contrepartie d’un contrat d’une valeur supérieure à 250.000 euros, n’est pas considérée comme un PPS. Pour être en mesure d’évaluer la « valeur du contrat », c’est-à-dire de décider si l’entreprise a ou non des moyens financiers de     déterminer si l’entreprise a ou non des obligations, toutes obligations en vertu de la loi, l’amendement a fourni à un SPA potentiel des instructions détaillées sur la manière de calculer la valeur de la relation (par exemple, la valeur d’un contrat – hors TVA ; elle ne s’additionne pas à partir de différents contrats entre les mêmes parties). L’amendement prévoit également une définition spécifique de l’entreprise publique. Une entité relevant de cette définition est considérée comme une entité du secteur public et ses partenaires commerciaux doivent respecter les obligations prévues par la loi soumis à une exemption importante : les entités privées qui acquièrent des biens et des services auprès d’une entreprise publique dans le cadre de leurs activités habituelles sont exemptées. Une nouvelle exemption s’applique également aux banques et autres institutions financières. 

Une personne physique qui bénéficie des activités d’un PPS est appelée bénéficiaire effectif (BO). La définition du bénéficiaire est reprise de la directive anti-blanchiment et est fondamentalement la même pour tous les autres objectifs de la loi slovaque ; cela signifie que la Slovaquie utilise une seule définition du bénéficiaire, avec une exception mineure pour les objectifs de la loi (l’exécution conjointe ou coordonnée des droits, ce qui signifie qu’une personne ne peut pas répondre à la définition et au seuil du bénéficiaire seule, mais peut y répondre avec une ou plusieurs autres personnes). Le BO exerce soit un contrôle sur une entité juridique (seul ou conjointement avec une autre personne), soit reçoit un avantage économique de l’activité de cette entité juridique. Un régime spécial s’applique aux émetteurs d’actions régulièrement négociées sur le marché boursier et à leurs subventions. Dans ce cas, à condition qu’il n’y ait pas de personnes physiques répondant à la définition du BO, les membres de l’organe statutaire sont enregistrés à la place des BO. L’amendement a réduit l’éventail précédemment large des cadres supérieurs qui devaient être enregistrés dans ce cas et a permis à tout administrateur de faire enregistrer l’adresse de la société au lieu de sa résidence dans certaines circonstances.  

Les gardiens impliqués, appelées personnes autorisées (PA), qui sont habilitées à procéder à l’enregistrement d’un PPS dans le registre, peuvent être un avocat 35 , un notaire public, une banque ou une succursale d’une banque étrangère, un auditeur ou un conseiller fiscal. Le PA doit avoir un siège social ou un lieu d’activité en République slovaque et doit collecter et évaluer de manière indépendante toutes les informations disponibles sur l’entreprise dans un document de vérification. Dans ce document, le PA détermine la base sur laquelle l’OB a été identifié ou vérifié et identifie les actionnaires et la structure de gestion du PPS. Le document de vérification est un élément crucial du système, car il fournit une « photographie actualisée » de la structure de propriété et de contrôle dans une chaîne cohérente de faits reliant le PSS au bénéficiaire effectif. En outre, comme ce document est rendu public et stocké chronologiquement, il rend plus difficile toute altération a posteriori de la chaîne de titres, de la structure organisationnelle ou des droits de contrôle.

Les BO des PPS doivent être vérifiés le 31 décembre de chaque année civile et également si un PA enregistre un PPS dans le registre, s’il y a des changements de registre concernant le BO et/ou le PA, si un contrat ou son amendement est conclu, ou si une contrepartie supérieure à 1 million d’euros dans le cadre d’un contrat a été reçue. Conformément à l’amendement, une vérification volontaire est possible à tout moment. L’avantage d’une telle vérification volontaire est qu’à moins qu’il n’y ait un changement dans le BO, aucune vérification supplémentaire n’est nécessaire si une vérification a été effectuée au cours des six derniers mois. 

Lorsque des informations incorrectes ou incomplètes sur le BO sont fournies dans le registre, une amende sera imposée par le tribunal concerné d’un montant correspondant à l’avantage économique retiré par le PPS. S’il n’est pas possible de déterminer un tel avantage, un montant forfaitaire allant de 10.000 à 1 million d’euros sera fixé. 

En outre, les organes exécutifs d’un SPP peuvent être condamnés à une amende de 10.000 à 100.000 euros et seront ensuite interdits d’exercer une fonction d’organe exécutif dans toute société privée, sur la base d’inscription dans un « registre de déchéance ». Pendant les deux années qui suivent la suppression du SPP du RPSP par le site décision du tribunal, l’entreprise ne peut pas être enregistrée à nouveau et est donc empêchée de commercer avec l’État ou de recevoir des fonds publics. Le PA se porte garant du paiement de l’amende imposée à l’organe exécutif du SPP, sauf si le PA peut prouver qu’il a agi avec une diligence professionnelle lors de l’enregistrement/la vérification. La garantie est un élément important de responsabilité ex post de l’approche combinée qui, d’une part, s’appuie sur les données enregistrées dans le RPSP et, d’autre part, confie à des prestataires de services professionnels la tâche de vérifier les données concernant le BO. 

Le RPSP, y compris les documents de vérification du BO, est accessible en ligne au grand public, y compris naturellement aux journalistes d’investigation. Toute personne peut déposer une requête qualifiée auprès du tribunal d’enregistrement pour examiner l’enregistrement du BO. « Qualifiée » signifie que des faits justifiant les doutes sur l’exactitude et la validité de l’enregistrement doivent être présentés. Si le tribunal ouvre la procédure d’examen, les tables tournent et c’est au PPS de supporter la charge de la preuve et de fournir des preuves suffisantes concernant l’exactitude des informations enregistrées.

Autres applications des données sur la propriété effective 

La transparence de la propriété effective ne doit pas être un objectif, mais un outil pour une réglementation, une politique et une application de la loi efficaces. 

Les véhicules d’entreprise dotés de structures de propriété anonymes sont capables d’affaiblir considérablement l’application de la loi au niveau national. Il s’agit d’une caractéristique implicite de la disjonction de la propriété et de la responsabilité. Toute réglementation juridique qui exige la divulgation transparente de la structure de propriété pour être efficace peut être sapée au-delà de son utilisation pratique par l’existence de structures d’entreprise anonymes. Cela s’applique non seulement à la réglementation de droit public mais aussi à la réglementation des questions purement commerciales.

Par exemple, dans le domaine du droit public, un État peut avoir un intérêt légitime à interdire la propriété croisée des médias (diffusion TV et radio, journaux). Toutefois, si l’État n’est pas en mesure d’identifier de manière fiable les propriétaires finaux des médias concernés, il ne peut pas faire respecter l’interdiction, ce qui ne donne qu’une apparence d’absence de propriété croisée. Cela peut être encore plus dommageable que de ne pas avoir du tout de réglementation restrictive. 

Dans le domaine du droit privé, un bon exemple est la protection des créanciers des entreprises, par exemple la réglementation du droit de l’insolvabilité où les actionnaires sont traités comme une catégorie de créanciers résiduels qui ne sont satisfaits que si tous les autres créanciers « extérieurs » sont entièrement satisfaits. Ce principe, qui présume également que les actionnaires ne peuvent pas acquérir les actifs d’une société sans contrepartie adéquate, est complété par d’autres réglementations généralement reconnues, telles que les droits de récupération. Ces principes et règles, qui protègent tous les créanciers de bonne foi, ont beaucoup de mal à être effectivement respectés lorsque les actionnaires traitent indirectement avec leur société défaillante et utilisent des structures anonymes. 

L’établissement d’un registre de BO, tel que le RPSP, permet au législateur de prescrire l’enregistrement des bénéficiaires effectifs également dans des domaines politiques particuliers tels que la propriété des médias, ou dans certaines situations, où l’anonymat peut sérieusement nuire aux intérêts légitimes, tels que les intérêts des créanciers lorsqu’un actionnaire « caché » dépose des créances importantes contre une société insolvable 36 .

En outre, d’autres instruments juridiques de politique publique existants, tels que les procédures d’examen des investissements directs étrangers 37 , les régimes de subventions 38 , les lois sur l’enrichissement inexpliqué 39 ou les déclarations de patrimoine des fonctionnaires 40 , peuvent être considérablement améliorés grâce au concept d’enregistrement vérifié et transparent des BO.

L’impact global de la loi, test par « benchmarking » et défis récents

En adoptant cette loi, la Slovaquie, en tant que pays, a pris une position de modèle à suivre. En appliquant les normes les plus élevées en matière de diligence raisonnable et de KYC à ses partenaires commerciaux, l’État accroît la transparence des dépenses publiques et rend la corruption et les flux financiers illicites en général beaucoup plus difficiles. 

Une telle approche est conforme à la 10ème recommandation du FATF qui vise la diligence raisonnable du client ou du fournisseur. On peut supposer qu’une motivation similaire a conduit le Congrès américain à adopter la loi H.R.6395 – William M. (Mac) Thornberry National Defense Authorization Act for Fiscal Year 2021 41 . Cette loi stipule, dans sa section 885, que toutes les entreprises recevant des contrats fédéraux d’un montant supérieur à 500.000 USD doivent divulguer publiquement leurs informations sur la propriété effective. C’est essentiel car les enquêtes menées aux États-Unis sur les abus des dépenses publiques ont régulièrement révélé que les entreprises dont la structure de propriété est anonyme sont de dangereux facilitateurs de corruption et de mauvaise conduite 42 .   

La forte impulsion donnée à la transparence des données BO aux États-Unis se poursuit avec l’administration Biden. La stratégie américaine 2021 de lutte contre la corruption 43 vise à renforcer les réglementations relatives à la transparence de la propriété bénéficiaire qui « aident à identifier les mauvais acteurs qui se cachent derrière des structures d’entreprise opaques », à promulguer des réglementations inédites qui ciblent « les personnes les plus proches des transactions immobilières » afin de révéler quand l’immobilier est utilisé pour le blanchiment d’argent, à rendre plus difficile pour certains gardiens d’échapper à l’examen de la propriété et, par le biais de la coopération internationale, à apporter une plus grande transparence au système financier international.

En outre, à la suite des Pandora Papiers, la FATF a récemment  lancé de nombreuses actions visant à élever les normes internationales de transparence des bénéficiaires effectifs 44 . Si l’on examine l’impact et l’importance de cette loi, force est de constater que les normes internationales progressent vers le niveau que la Slovaquie utilise avec succès depuis 2017 45 .      

Rendre publique une personne physique qui traite (in)directement avec le secteur public a un impact positif sur la  concurrence des entrepreneurs. L’aspect des conditions de concurrence inégales joue un rôle croissant dans toutes les économies de marché. Si les entreprises bénéficient d’un traitement privilégié de la part du secteur public en raison de leur structure de propriété, la concurrence loyale est inévitablement faussée. Un tel traitement préférentiel peut ensuite entraîner des prix excessifs pour le secteur public et des stratégies de « dumping » dans les appels d’offres privés. Ainsi, tous les coûts administratifs liés à la vérification commerciale conformément à la loi sont positivement compensés par l’élimination des perturbations du marché causées par un manque de transparence dans les relations entre le secteur privé et l’État. 

En outre, les outils progressifs de la Loi représentent l’implication des gardiens dans le processus de vérification. Plusieurs années avant que les scandales internationaux n’attirent l’attention sur le rôle essentiel de certaines industries professionnelles dans le blanchiment d’argent, les schémas de corruption et l’évasion fiscale au niveau international, la loi avait reconnu la nécessité d’inciter ces professionnels à enquêter, vérifier et divulguer la propriété effective des sociétés. Des preuves récentes montrent que dans la poursuite d’un intérêt personnel, les intermédiaires créent souvent des sociétés permettant structures d’entreprise qui facilitent les activités illicites des élites politiques et économiques. Ainsi, les motiver à travailler pour la lumière plutôt que du côté de l’ombre (pour devenir des gardiens plutôt que des facilitateurs) s’est avéré être une stratégie très efficace en Slovaquie.     

À l’avenir, les actions des gouvernements mais aussi celles des acteurs privés qui adhèrent à des valeurs telles que l’intégrité, la transparence et la responsabilité gagneront en importance dans la lutte contre les flux financiers illicites. Le cadre unifié 46 , un cadre d’autorégulation basé sur des valeurs pour les intermédiaires du secteur privé qui sont stratégiquement positionnés pour prévenir ou interrompre les flux financiers illicites, n’est qu’un exemple parmi d’autres.

La poursuite de la normalisation et de l’harmonisation de la définition de la propriété effective au niveau international et l’interconnexion des différents registres de propriété effective (sur la base notamment du système d’interconnexion des registres d’entreprises (BRIS) 47 , et de l’interconnexion des registres de propriété effective (BORIS) 48 ) permettront d’éviter les fausses déclarations et le contournement des règles relatives aux registres locaux de propriété effective. 

Au moment de la rédaction finale de cet article, l’Ukraine était envahie par la Russie. L’impact géopolitique mondial de cette guerre et l’ampleur des répercussions qu’elle a déclenchées à tous les niveaux des sociétés libérales dépassent largement le cadre de cet article. Néanmoins, il est devenu évident qu’il ne sera plus possible de fermer les yeux sur le niveau de tolérance et même d’acceptation des flux financiers illicites dans les économies développées au cours des trois dernières décennies. Les sociétés qui ont toléré la provenance criminelle, illégale ou contraire à l’éthique et immorale des fonds sur la base d’une justification pragmatique ou d’une rationalisation sur la base d’un avantage mutuel sont des adversaires faibles dans la lutte pour les valeurs de la démocratie libérale. 

En termes de sanction économique, l’idée de transparence des actifs et de la propriété effective doit revenir au centre de la discussion. La déconnexion de la richesse de la responsabilité de la conduite qui sous-tend son accumulation doit être efficacement contestée et annulée. Les oligarques russes protégés par des structures de propriété complexes, ainsi que leurs « complices » dans les pays développés, doivent sentir à nouveau qu’ils ont « la peau dans le jeu ».

Qu’est-ce qui est sur la route ?

Le nouveau paquet anti-blanchiment 2021 de l’UE (6 AML Pack) soutient une plus grande harmonisation de la transposition des règles anti-blanchiment de l’UE en droit national, une plus grande supervision au niveau de l’UE via un nouveau bureau (Autorité anti-blanchiment – AMLA), et une meilleure coordination des cellules de renseignement financier (CRF). Ces règles comprendront des exigences harmonisées en matière de propriété effective. Il y autre alignement de FATF avec l’UE dans le but de créer une liste noire et grise conformément à la FATF. Une inscription sur la liste de FATF déclenchera désormais une inscription sur la liste de l’UE ainsi que l’obligation d’une diligence accrue et de contre-mesures proportionnées aux risques provenant du pays concerné. Il a été signalé que les nouvelles réglementations et le Pack 6 AML ne commenceront à s’appliquer qu’en 2026, car l’AMLA doit être opérationnel pour préparer les normes techniques réglementaires qui compléteront le livre de règles unique 49 .      

On s’attend à ce que le 6 AML Pack règle le problème de la réaction négative de certaines parties prenantes à l’égard de la transparence des B.O. fondée sur les règles de protection des données (RGPD). Une position plus claire de l’UE est désespérément nécessaire, en particulier après la publication de l’avis 12/2021 du délégué européen à la protection des données concernant le Pack 6 AML, qui stipule que « les informations relatives à la propriété effective ne devraient être accessibles qu’à des fins d’identification et de prévention du blanchiment de capitaux » et uniquement « aux autorités compétentes chargées de faire appliquer la loi et aux entités obligées lorsqu’elles prennent des mesures de vigilance à l’égard de la clientèle. » 50 Sur le site à la lumière du succès mesurable de la transparence des données BO pour le grand public conformément à la Loi, nous préconisons une approche pro-transparence et pensons que l’avis récent du Procureur général 51 sera partagé par la CJUE (dans les litiges concernant la transparence des données BO) comme le plus petit dénominateur possible 52

Plusieurs « leçons apprises » en Slovaquie tirées de l’introduction du RPSP et tenant compte des obligations futures résultant du Pack AML, pourraient être incorporées dans une mise à niveau du processus d’enregistrement et de vérification au sein du registre du commerce :      de même, tous ces principes pourraient être considérés comme des améliorations supplémentaires de l’efficacité des normes internationales créées par la FATF ou du cadre européen de lutte contre le blanchiment d’argent. 

(i.) Premièrement, diviser la procédure d’enregistrement au registre du commerce en une « voie rapide » et une « voie lente ». L’externalisation d’une vérification au moins partielle des données relatives aux bénéficiaires effectifs des sociétés qui bénéficient de la voie lente sur la base d’une « liste d’indicateurs d’alerte » à des tiers, par exemple des avocats, qui seront à l’avenir autorisés à exécuter par voie électronique certains services d’enregistrement des sociétés directement auprès du registre du commerce (c’est-à-dire sans devoir passer par le contrôle du tribunal d’enregistrement concerné) est une option. La vérification approfondie dans le cadre de la voie lente pourrait être accompagnée par des contrôles automatisés des données soumises (par exemple, l’existence réelle de l’adresse d’une personne inscrite au registre du commerce). 

(ii.) Deuxièmement, l’obligation de préparer et de soumettre (même sans le rendre public) un document de vérification complet décrivant l’algorithme utilisé par le tiers ou la société elle-même au cours du processus d’identification des bénéficiaires effectifs pourrait limiter considérablement la marge de manœuvre pour des « modifications et alternances » ex post

(iii.) Enfin, le déplacement de la charge de la preuve en cas de plainte officielle concernant l’exactitude des données enregistrées sur la propriété effective pourrait encourager le public, les journalistes d’investigation, les concurrents et les ONG à surveiller les incohérences dans le respect des obligations.      

En conclusion, parallèlement à  d’autres grandes initiatives de recherche internationales, le renforcement et l’implication des outils informatiques et d’apprentissage automatique, y compris l’IA, pourraient permettre de mieux exploiter les données existantes grâce à leur évaluation matérielle et à leur agrégation 53 . Une interconnexion ou une fusion plus poussée des registres publics et des ensembles de données existants représente un « fruit mûr » dans les efforts continus de lutte contre la corruption. Par exemple, le registre des marchés publics 54 , qui contient des données sur les entreprises ayant obtenu des marchés publics et sur la valeur de ces marchés, pourrait être facilement relié au RPSP. Une interface commune pourrait permettre au public ou à d’autres « chiens de garde » de rechercher des personnes physiques en tant que bénéficiaires effectifs de différentes sociétés traitant commercialement avec des institutions publiques individuelles et de découvrir l’ensemble des fonds publics reçus par la personne concernée. D’autre part, cette fonctionnalité pourrait également permettre de « filtrer » une liste des principaux bénéficiaires effectifs de chaque institution publique et d’illustrer en chiffres cumulés le volume total de la relation commerciale spécifique entre l’État et le secteur privé.

Conclusion

Il est largement admis que l’ampleur des flux financiers illicites ne prive pas seulement de nombreux pays du financement de leurs besoins publics tels que l’éducation ou les soins de santé, mais qu’elle fausse également la concurrence sur le marché libre, menace directement et sape les institutions indépendantes et les démocraties en tant que telles. Une mesure cruciale dans la lutte contre le financement illicite consiste à révéler qui est propriétaire des sociétés écrans et autres fonds illégalement obtenus. Nous sommes convaincus que la transparence de la propriété effective des sociétés et autres véhicules juridiques doit devenir une nouvelle norme, tout comme la transparence de la propriété légale (formelle) est devenue une norme après que les sociétés soient devenues une partie importante de l’environnement commercial. Les informations sur la propriété juridique des entités conservées uniquement dans le cadre national ne sont plus suffisantes pour faire face à la nature illimitée des transactions financières mondiales. Le monde financier globalisé qui ne connaît pas de frontières nationales exige une nouvelle approche pour révéler les bénéficiaires effectifs derrière les combinaisons apparemment illimitées et toujours changeantes de structures juridiques. Une coopération étroite avec les intermédiaires est essentielle, afin qu’ils deviennent de véritables gardiens et non des facilitateurs. Le RPSP slovaque est un outil unique, innovant et efficace, qui permet de tenter d’avancer sur cette voie.

Notes

  1. UNODC, Money Laundering Overview, https://www.unodc.org/unodc/en/money-laundering/overview.html
  2. Discours de la ministre slovaque de la Justice, Mme Kolikova, lors de l’événement parallèle à l’UNGASS 2021 « Enlisting Gatekeepers in the Fight Against Illicit Financial Flows », https://www.justice.gov.sk/Stranky/aktualitadetail.aspx?announcementID=3407. 
  3.  https://star.worldbank.org/sites/default/files/2021-06/WEF_Gatekeepers_A_Unifying_Framework_2021.pdf Selon une étude de Global Financial Integrity (GFI), le montant total des financements illicites traversant le globe uniquement liés au commerce s’est élevé à 8,7 billions de dollars au cours des dix années allant de 2008 à 2017, ce qui représente des paiements commerciaux entre 135 pays à revenu moyen et faible et trente-six nations industrielles avancées. Voir le rapport du GFI, 3 mars 2020 : « Flux financiers illicites liés au commerce dans 135 pays en développement : 2008- 2017 ».
  4. Comme l’a fait remarquer la secrétaire américaine au Trésor, Janet L. Yellen, lors du Sommet pour la démocratie, https://home.treasury.gov/news/press-releases/jy0524.
  5.  Ibid.
  6. Nye, J. (2017), « Corruption et développement politique : une analyse coûts-avantages », Political Corruption, https://doi.org/10.4324/9781315126647-26.
  7. En 2016, Robert Barrington (alors PDG de Transparency International UK, aujourd’hui professeur de pratique anticorruption au Centre d’étude de la corruption (CSC) de l’Université du Sussex) a critiqué les règles britanniques sur les revolving doors comme étant « terriblement dépassées », ouvrant la porte aux anciens fonctionnaires pour tirer parti de leur position de pouvoir pour des gains privés, sans surveillance appropriée, et est arrivé à la conclusion suivante : les revolvings doors constituent une bombe à retardement de la corruption au cœur de la politique britannique. https://blogs.lse.ac.uk/politicsandpolicy/lobbying-loopholes-honours-and-revolving-doors-without-reform-the-government-perpetuates-corruption/ Il convient d’ajouter que les revolving doors sont à double sens et qu’en Europe de l’Est, les oligarques locaux sont en mesure de nommer leurs candidats à des postes publics influents généralement sous-payés (par exemple, dans les administrations fiscales), mais de les garder sur leur propre liste de paie. Voir, par exemple, https://spectator.sme.sk/c/22554521/how-the-mafia-took-over-the-police-detained-tax-inspector-tells-his-story.html
  8. https://www.linkedin.com/pulse/zodpovedn%C3%A9-podnikanie-alebo-ke%C4%8F-sa-firmy-nemusia-hanbi%C5%A5-leontiev/
  9. https://www.europarl.europa.eu/news/en/press-room/20210517IPR04145/conflict-of-interest-and-misuse-of-eu-funds-the-case-of-czech-pm-babis L’une des raisons de la défaite de M. Babis et de son parti aux élections législatives tchèques de 2021 est qu’il faisait partie des 35 dirigeants mondiaux cités dans les Pandora Papers de l’ICIJ quelques jours seulement avant les élections. https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/czech-prime-ministers-party-narrowly-loses-re-election-days-after-pandora-papers-revelations-in-surprise-outcome/
  10.  https://panamapapers.sueddeutsche.de/articles/56fec05fa1bb8d3c3495adf8/
  11.  Le juge en chef Marshall a parlé de la société comme d’un « être artificiel, invisible [et] intangible » et de son « individualité », comme étant évidente dans des caractéristiques telles que son pouvoir d’intenter des poursuites et son agrément aux poursuites, ainsi que sa durée d’existence définie sans tenir compte de la vie de ses actionnaires. Trustees of Dartmouth College v. Woodward, 17 U.S. (4 Wheat.) 518 (1819).
  12. https://www.europarl.europa.eu/cmsdata/155724/EPRS_STUD_627129_Shell%20companies%20in%20the%20EU.pdf
  13. Emile et al. (2012) “The Puppet Master: How the Corrupt Use Legal Structure to Hide Stolen Assets and What to Do About it”, https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/2363. 
  14. D’un point de vue moins favorable, ces acteurs sont également appelés « facilitateurs ». Voir Vogl, F. (2021), The Enablers. Rowman & Littlefield Publishers.
  15.  Bullough, O. (2019). Moneyland, Pourquoi les voleurs et les escrocs gouvernent désormais le monde et comment le reprendre, https://www.amazon.com/Moneyland-Inside-Story-Crooks-Kleptocrats/dp/125020870X. 
  16. https://www.fatf-gafi.org/publications/fatfrecommendations/documents/fatf-recommendations.html
  17.  Directive (UE) 2015/849 du Parlement européen et du Conseil du 20 mai 2015 relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme, modifiant le règlement (UE) n° 648/2012 du Parlement européen et du Conseil et abrogeant la directive 2005/60/CE du Parlement européen et du Conseil et la directive 2006/70/CE de la Commission, https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=celex%3A32015L0849. 
  18. Directive (UE) 2018/843 du Parlement européen et du Conseil du 30 mai 2018 modifiant la directive (UE) 2015/849 relative à la prévention de l’utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme, et modifiant les directives 2009/138/CE et 2013/36/UE, https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=CELEX%3A32018L0843. 
  19. Zigo, D. (2021) Politique des « propriétaires bénéficiaires » : Comparison of its Efficacy in the West with Prospects for Curbing Corruption in China, document universitaire non publié.
  20. Loi n° 343/2015 Coll. Loi sur les marchés publics et sur la modification et l’amendement de certaines lois, https://www.slov-lex.sk/pravne-predpisy/SK/ZZ/2015/343/20210506. 
  21. Loi n° 315/2016 Coll. relative au registre des partenaires du secteur public et aux modifications apportées à certaines lois, https://www.slov-lex.sk/pravne-predpisy/SK/ZZ/2016/315/20191101. 
  22. Loi n° 297/2008 Coll. Loi sur la protection contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et sur l’amendement de certaines lois, https://www.slov-lex.sk/pravne-predpisy/SK/ZZ/2008/297/20210101 
  23. https://rpvs.gov.sk/rpvs/
  24. https://www.nrsr.sk/web/Dynamic/DocumentPreview.aspx?DocID=428797
  25. Même si l’obligation de divulgation de la propriété effective de toute entreprise qui demande ou détient une concession de droits miniers n’est pas aussi importante économiquement que la même obligation pour la participation aux marchés publics, dans de nombreux pays riches en ressources naturelles, elle pourrait être la caractéristique la plus importante d’un registre de propriété effective (RPSP).
  26. Comme indiqué ci-dessous, du point de vue de l’application territoriale, il s’agit de l’une des caractéristiques les plus importantes du registre spécial qui le distingue de la directive LAB en vigueur – concept basé sur des registres nationaux interconnectés – lui permettant d’examiner la propriété effective des sociétés étrangères, y compris les sociétés offshores. 
  27. Selon une étude publiée par le Hudson Institute (Nate Sibley et Ben Judah, Countering Global Kleptocracy : A New US Strategy for Fighting Authoritarian Corruption), « les États-Unis sont également l’un des principaux producteurs mondiaux de ces entités juridiques. Étant donné que les sociétés écrans sont souvent utilisées à des fins commerciales légitimes, cela ne signifie rien de plus que la taille relative de l’économie américaine. Mais la ‘Delaware LLC’ est devenue synonyme de transactions financières louches, et on pourrait en dire autant d’autres États américains engagés dans une course au secret financier. » Les preuves anecdotiques de la pratique slovaque montrent que de nombreuses sociétés off-shore étaient directement impliquées dans des transactions avec les autorités slovaques avant la promulgation de la loi.
  28. Voir Banque mondiale (2020) « Enhancing Government Effectiveness and Transparency: The Fight Against Corruption », Banque mondiale, Washington, DC, p. 252.
  29.  Conformément à l’art. 30 de la directive anti-blanchiment : les États membres veillent à ce que les sociétés et autres entités juridiques constituées sur leur territoire soient tenues d’obtenir et de détenir des informations adéquates, précises et actuelles sur leurs bénéficiaires effectifs, y compris le détail des intérêts bénéficiaires détenus. Les États membres veillent à ce que les violations du présent article fassent l’objet de mesures ou de sanctions efficaces, proportionnées et dissuasives.
  30.  https://www.finstat.sk/ ; Statut : 14 juillet 2021
  31.  https://www.finstat.sk/ ; Statut : 15 février 2021
  32. https://transparency.blog.sme.sk/c/514094/kazimir-podpisal-zmluvy-s-ratingovymi-agenturami-bez-zapisu-do-protischrankoveho-registra.html
  33. https://transparency.sk/sk/prve-pokuty-protischrankoveho-sudu-advokati-bugala-durcek-boli-v-konflikte-zaujmov-pri-overovani-kmotrikovych-firiem/
  34.  https://www.transparency.org/en/press/andrej-babish-is-our-controlling-person-czech-republic
  35. Agir en tant que PA n’est pas considéré comme une activité d’avocat – par conséquent, si un avocat agit en tant que PA pour un client, ses actions et sa relation avec le client ne sont pas soumises au secret professionnel.
  36. Cette application de la loi sur l’insolvabilité est déjà mise en œuvre dans la réglementation slovaque. 
  37. https://www.uianet.org/fr/actualites/india-covid-19-and-fdi-screening-mechanisms
  38. https://www.oecd.org/coronavirus/policy-responses/covid-19-emergency-government-support-and-ensuring-a-level-playing-field-on-the-road-to-recovery-1e5a04de/
  39. https://thedocs.worldbank.org/en/doc/734641611672284678-0090022021/original/BeneficialOwnershipTransparency.pdf, page 253
  40. Par exemple, la loi moldave n° 133/2016 qui régit les déclarations de revenus et de patrimoine personnel, les conflits d’intérêts et les incompatibilités, restrictions et limitations exige la divulgation des bénéficiaires effectifs des actifs financiers et des comptes si leur valeur totale dépasse 15 salaires annuels.
  41. https://www.congress.gov/bill/116th-congress/house-bill/6395
  42. https://thefactcoalition.org/defense-bill-includes-two-landmark-transparency-provisions/
  43. https://www.whitehouse.gov/briefing-room/statements-releases/2021/12/06/fact-sheet-u-s-strategy-on-countering-corruption/
  44. https://www.fatf-gafi.org/publications/fatfrecommendations/documents/public-consultation-r24.html
  45.  Les modifications proposées à la Recommandation 24 de FATF sur la transparence des bénéficiaires effectifs encouragent les pays à créer un registre central des bénéficiaires effectifs ou un « mécanisme alternatif ». La Slovaquie a créé un tel registre pour les sociétés traitant des actifs ou des fonds publics (RPSP). La FATF propose que les pays « considèrent » l’accès public aux informations sur les bénéficiaires effectifs. La Slovaquie offre un accès public complet et gratuit en ligne aux informations sur la propriété effective de son registre spécial. La FATF exige également un seuil de 25% de propriété effective comme « maximum ». La Slovaquie a même abaissé le seuil pour les membres de la famille et les autres actionnaires agissant conjointement. La FATF accepte enfin la nécessité de couvrir les entités étrangères, par exemple les sociétés off-shore qui ont un « lien suffisant » dans les registres nationaux de propriété effective. La Slovaquie exige que toutes les entités étrangères faisant des affaires avec le secteur public enregistrent leurs bénéficiaires effectifs. La FATF exige que les données collectées contiennent « des informations adéquates permettant d’identifier les personnes physiques qui sont les bénéficiaires effectifs ». Malgré certaines réticences à l’égard du RGPD, la Slovaquie recueille et publie la date de naissance des bénéficiaires effectifs, qui constitue un élément d’identification essentiel. Il est important de noter que la FATF reconnaît que les informations sur les bénéficiaires effectifs doivent être vérifiées. Le RSPV prévoit la vérification obligatoire des données sur les bénéficiaires effectifs par ce que l’on appelle les « gatekeepers », des professionnels comme les avocats, les notaires, les banques, etc. Ces prestataires de services professionnels sont co-responsables de l’exactitude des données sur la propriété effective. Ces prestataires de services professionnels sont co-responsables de l’exactitude des données sur les bénéficiaires effectifs. La FATF indique qu’un mois est un exemple de « délai raisonnable » pour modifier les informations. Parmi les autres événements de vérification, la Slovaquie exige que les informations sur la propriété effective soient vérifiées avant chaque réception de fonds publics dépassant 1 million d’euros. En plus de ces normes internationales accrues sur la propriété effective, la Slovaquie exige la publication du document de vérification décrivant l’« algorithme » par lequel la propriété effective a été identifiée par le professionnel concerné, y compris toutes les couches de propriété et de contrôle. La Slovaquie a également mis en place un « renversement de la charge de la preuve » dans le cas où les informations sur la propriété effective enregistrées sont contestées par le public.
  46. https://star.worldbank.org/resources/role-and-responsibilities-gatekeepers-fight-against-illicit-financial-flows-unifying
  47. Directive (UE) 2019/1151 du Parlement européen et du Conseil du 20 juin 2019 modifiant la directive (UE) 2017/1132 en ce qui concerne l’utilisation d’outils et de processus numériques en droit des sociétés, https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=CELEX%3A32019L1151. 
  48. 4 Directive AML
  49. https://ec.europa.eu/info/publications/210720-anti-money-laundering-countering-financing-terrorism_en
  50. https://edps.europa.eu/system/files/2021-09/21-09-22_edps-opinion-aml_en.pdf
  51.  https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2022-01/cp220012fr.pdf
  52.  Il a été conclu que l’accès du public aux informations sur les organismes de radiodiffusion établis par la loi sur la lutte contre le blanchiment de capitaux n’entraîne pas d’interférence disproportionnée avec les droits au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel, garantis par les articles 7 et 8 de la Charte. Les principaux arguments sont les suivants : la nature et l’étendue plutôt limitées des données accessibles au grand public, la relation existante entre les personnes concernées (les OBU) et la finalité du traitement des données, à savoir la prévention du blanchiment d’argent, l’existence de dérogations mises en place par la LBA visant à assurer une approche proportionnée et équilibrée et à garantir le respect des droits fondamentaux et des droits de l’homme.
  53. https://www.microsoft.com/en-us/research/group/societal-resilience/articles/revealing-the-hidden-structure-of-corruption/
  54.  https://www.crz.gov.sk/
+--
Voir le plan de l'articleFermer
Citer l'article +--

Citer l'article

APA

Andrej Leontiev, Radovan Pala, La lutte contre le blanchiment d’argent doit aller de pair avec la transparence des bénéficiaires effectifs, Groupe d'études géopolitiques, Août 2022,

À lire dans ce numéro +--

À lire dans ce numéro

Voir toute la revuearrow
Notes et sources +